Analyse par Good Value for Money du fonds en euros à garantie partielle Fonds Euro Nouvelle Génération d’UAF Life Patrimoine

Les fonds en euros ont constitué durant une cinquantaine d’années le cœur de l’assurance-vie. Les encours correspondants sont de l’ordre de 1 450 milliards d’euros. Les fonds en euros présentent trois avantages-clés pour l’épargnant :

une totale liquidité, l’investisseur étant libre de verser ou de retirer de l’argent sur son fonds en euros à tout moment,
une totale garantie du capital, le client étant sûr de récupérer au minimum l’argent versé sur sont fonds en euros après déduction des frais sur versement,
un effet cliquet consistant en une capitalisation au jour et une accumulation des intérêts obtenus.

Ces trois atouts du fonds en euros s’inscrivaient en outre dans un contexte :

où le niveau des taux d’intérêts permettait sans souci aux assureurs de garantir une sécurité du capital, ne serait-ce qu’en investissant à 100 % l’épargne des fonds en euros dans des obligations d’Etat (OAT),
où l’exigence de marge de solvabilité sur les fonds en euros était normé à 4 % des encours, indépendamment des actifs dans lesquels l’assureur investissait l’argent de ses clients, la seule contrainte étant alors de respecter les règles de placement édictées par le Code des Assurances.

Concrètement, un assureur-vie qui prend davantage de risques à l’actif de son fonds en euros pour soutenir son rendement se voit fortement pénalisé en termes d’exigence en marge de solvabilité. Cette situation est pour le moins baroque, dans un contexte où les taux ont fortement baissé et où il apparait nécessaire de diversifier les actifs des fonds en euros. Good Value for Money rappelle que les fonds en euros classiques sont composés en moyenne à 79 % d’obligations fin 2020, dont :

41 % en moyenne d’obligations souveraines (Etat Français et assimilés),
59 % en moyenne d’obligations corporate (entreprises).

Face à cette situation, la réponse apportée par bon nombre d’assureurs-vie consiste à fermer le robinet de leurs fonds en euros afin de limiter le plus possible l’érosion du rendement financier de leur actif général. Citons, à titre d’exemple Prédica qui a désormais mis en place des barrières UC à 30 % pour ses assurés dont l’encours est supérieur à 40 000 €.

Conscient du souhait de bon nombre d’épargnants de pouvoir continuer à bénéficier d’un support d’épargne sécurisé au sein de l’assurance-vie, UAF Life Patrimoine a lancé en septembre 2020 avec l’assureur Spirica un Fonds Euro Nouvelle Génération reposant sur le principe d’un abaissement de la garantie du capital nette des frais de gestion du contrat sur le fonds en En savoir plus

Source:: www.news-assurances.com

Laisser un commentaire